.

PARIC

MOT DU DIRECTEUR GENERAL DU FNE

Le présent guide fait partie de l'éternel souci du FNE, de mettre à la disposition de tous les camerounais et surtout de l'étranger, le maximum d'informations pour faciliter leur réinsertion dans leur pays.

Cette facilitation passe par une meilleure maîtrise, avant leur départ, de l'environnement physique, institutionnel, social et économique du Cameroun.

Cette publication, fait suite au programme d'appui au retour des immigrés camerounais que nous conduisons depuis bientôt deux ans, avec nos partenaires allemands que sont la Word university Service (WUS) et la Zentralstelle Für Arbeitsvermittlung (ZAV). Nous voulons ici remercier pour leur appui financier et technique pour la réalisation de cet ouvrage.

Nous l'avons voulu le plus général et le plus indicatif possible, il reste bien entendu conseillé à tout candidat au retour de compléter et approfondir son niveau d'information auprès de ses proches, d'autres publications sur le Cameroun, ou toute autre source disponible dans nos représentations diplomatiques.

Nous espérons qu'il vous sera utile et rendra plus aisé votre réinsertion dans votre pays.

MOUTE à BIDIAS Camille.

 

PARTIE I

Généralités

PRESENTATION DU CAMEROUN

1.1. Organisation administrative

Le Cameroun est un pays démocratique, un Etat unitaire décentralisé dont le peuple détient, par le vote, le pouvoir politique. L’âge de vote est fixé à vingt ans.
L’organisation administrative comporte quatre types de circonscriptions

  • Le district, dirigé par un chef de district;

  • l’arrondissement, dirigé par un sous-préfet

  • le département, dirigé par un préfet;

  • la province, dirigée par un gouverneur.

Le Cameroun compte en tout dix (10) provinces, cinquante-huit (58) départements, cent quatre vingts (180) arrondissements et trente (30) districts.

Le réseau routier est long de 64 000 km avec 4 000 km de routes bitumées.

Le chemin de fer quant à lui relie les villes de Yaoundé, Ngaoundéré, Douala, Nkongsamba et Kumba via Mbanga.

 

Liste des dix provinces et leur Chef-lieu

PROVINCE CHEF-LIEU
ADAMAOUA Ngaoundéré
CENTRE Yaoundé
EST Bertoua
EXTREME-NORD Maroua
LITTORAL Douala
NORD Garoua
NORD-OUEST Bamenda
OUEST Bafoussam
SUD Ebolowa
SUD-OUEST Buéa

Sur le plan politique, le Cameroun a un régime démocratique multipartiste depuis 1990. Il existe plus de cent trente (130) partis politiques reconnus dont sept (7) représentés à l’Assemblée Nationale. Le Cameroun a depuis 1992, voté et adopté une nouvelle constitution à régime présidentiel délimitant les pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire. Le Président de la république, élu au suffrage universel pour sept ans renouvelable une fois, nomme un Premier Ministre qui est Chef de Gouvernement.

 

1.2. Population

La population du Cameroun est estimée aujourd’hui à près de 16 millions d’habitants pour une superficie de 475 442 km2, soit une densité d’environ 30 habitants/km2. 
Les grandes caractéristiques de cette population sont :

  • une forte proportion des jeunes (70% de la population ont moins de 30 ans)

  • une prédominance des femmes (51% de la population)

  • une forte urbanisation depuis les dix dernières années (de moins de 38% en 1987, le taux d’urbanisation se situe à près de 47% aujourd’hui).

Ici, l’on dénote un fait remarquable: plus de 78 % de la population vivent dans 26 villes comptant plus de 50000 habitants.

Des dix provinces, celle de l’Extrême-Nord reste la plus peuplée (plus de 16% de la population totale).

Sur le plan religieux, le Cameroun reste très diversifié avec des chrétiens, des musulmans, et des animistes qui se côtoient de manière harmonieuse.

 

1.3. Potentialités de l’économie camerounaise

Le Cameroun offre d’énormes potentialités dans plusieurs secteurs. C’est ainsi que l’agriculture, l’élevage, la pêche, la forêt et le tourisme, présentent de nombreuses opportunités d’investissement comme le montrent les tendances ci-après :


a) Agriculture
Bonne tenue de la production des cultures d’exportation.
L’agriculture camerounaise repose sur une vaste diversité de produits de rente qui sont le café, le cacao, le coton, le palmier à huile, l’hévéa, le thé, la banane, etc...

Les cours mondiaux de ces produits sont en constante fluctuation tantôt en hausse, tantôt en baisse.
La production des autres cultures de rente est en légère progression.
De nombreuses autres cultures sont développées tant à l’exportation que pour les marchés locaux et de la sous-région de l’Afrique centrale. C’est le cas notamment de La pomme de terre, la tomate, l’ananas, la mangue. l’oignon, l’ail, la carotte. la salade, les fleurs, la papaye. le haricot, etc
Cette liste n’est pas exhaustive et de nombreuses autres cultures sont exploitées.


b) L’élevage
L’élevage a fourni plus de 4% du PIB en 1994/95.
Avec son climat et son relief, ainsi que la qualité de son réseau hydrographique et de sa végétation, le Cameroun est une terre de prédilection pour l’élevage.
Les possibilités d’intensification sont réelles grâce à la grande diversité des pâturages qui occupent près de la moitié de la superficie du pays.

L’effectif des bovins, estimé à près de (cinq) 5 millions de têtes est géré par des éleveurs de plus en plus sédentarisés qui associent l’agriculture à leurs activités. L’élevage des porcs se concentre dans la zone des hauts plateaux de l’Ouest et reste essentiellement traditionnel. Près des centres urbains s’établit un élevage semiintensif de pondeuses et de poulets de chair.

En 1994/95, le PIB provenant de l’élevage est estimé à 170 milliards de francs cfa.


c) pêche
la production de poissons est estimée àenviron 100.000 tonnes par an.
Le secteur industriel fournit 20% de cette production.
Les 80% restants sont produits par le secteur artisanal. La consommation du poisson est plus importante que la consommation de viande. On estime que le secteur de la pêche génère environ 240.000 emplois au Cameroun.


d) Forêt
Les exportations de grumes ont plus que doublées en six ans La forêt couvre 40 % du territoire camerounais. soit environ 22,5 millions d’hectares dont 17.5 millions exploitables économiquement. Le secteur forestier représente 10% de l’activité du secteur primaire et contribue pour plus de 4% au produit Intérieur Brut.

Il assure 12% des exportations et emploie directement plus de 25.000 personnes.


e) Industrie
L’activité industrielle couvre 20 branches principales qui sont :

  • Travail de grains et production de farine

  • Transformation des produits d’origine agricole

  • Boulangerie et pâtisserie

  • Autres produits alimentaires

  • Fabrication de boissons

  • Fabrication de cigarettes et tabacs

  • Industrie du textile et confection

  • Fabrication des chaussures et industrie du cuir

  • Industrie du bois

  • Fabrication de papiers, articles en papiers d’imprimerie

  • Industries chimiques et fabrication de produits chimiques

  • Raffinage de pétrole

  • Industrie du caoutchouc et fabrication d’articles plastiques

  • Fabrication de matériaux de construction

  • Industries métallurgiques de base

  • Fabrication d’appareils mécaniques, électriques et métalliques

  • Construction de matériels de transport

  • Autres industries manufacturières

  • Production transport et distribution d’e au. d’électricité et de gaz

  • Industries manufacturières.

f) Commerce extérieur
Les échanges entre le Cameroun et le reste du monde ont connu depuis 1992 une forte évolution en valeur. Ainsi, le niveau des exportations est passé de 487 milliards

à 1085 milliards de 1992 à 1997, soit une augmentation de plus de 120%. Dans le même temps, le niveau des importations était multiplié par 2,6 et le flux réel (en volume) des échanges n’affichait qu’une légère variation.
L’évolution croissante du commerce extérieur est consécutive aux effets mécaniques de la dévaluation du franc CFA de janvier 94.
En ce qui concerne les orientations géographiques des échanges du Cameroun, plus de 75% des exportations sont destinées aux pays de l’Union européenne contre seulement 9% aux pays africains. Par ailleurs, 56% des importations viennent des pays européens, 16% des importations camerounaises, provenant de l’Afrique.


g) Tourisme
Le Cameroun dispose de potentialités touristiques certaines Diversités culturelles, multiplicité des paysages, richesses de la faune ,., Ainsi, de par son visage pluriel, plusieurs formes de tourisme sont possibles au Cameroun. Il dispose d’infrastructures d’accueil de luxe avec une capacité hôtelière de plus de 550 établissements dont 14 sont classés.

 

1.4 – Les indicateurs macroéconomiques

Agrégats 1997/98 1998/99 1999/2000
Produit Intérieur Brut (PIB) Nominal (en milliard FCFA) 5435 5709 6382
PIB arhabitant (FCFA) 268.150 315.162 340.055
Taux de croissance du PIB (en termes réels) 5% 4,4% 4,2%
Taux d’inflation 3,9% 3,1% 2,0%
Epargne intérieure (en milliard FCFA) 1160,2 1095,2 1426,1
Epargne nationale (en milliard FCFA) 857,5 805,8 1142,8
Taux d’épargne national (% du PIB nominal) 15,8% 14,1% 17,9%
Taux d’investissement (% du PIB nominal) 11,4% 11,5% 13,0%
Exportations (FOB) (en milliard FCFA) 1140,8 1009,0 1321,9
Importations (FOB) (en milliard FCFA) 145,0 855,0 970,7
Solde de la balance commerciale (en milliard FCFA) 295,8 154,0 351,2
Encours de la dette publique (y compris arriérés) (en milliard FCFA) 3425,4 3587,6 3765,5
Crédit à l’économie (en milliard FCFA) 515,0 567,5 650,9
Crédit net du système monétaire de l’Etat (en milliard FCFA) 419,4 444,7 341,4
Recettes totales de l’Etat (en milliard FCFA) 847,70 838,20 1085,90
Dépenses totales de l’Etat (en milliard FCFA) 855,20 946,20 1097,50
Masse salariale de l’Etat (en milliard FCFA) 259,20 274,70 294,10

Source: Bulletin BEAC N° 70 - Avril 2000

 

 

 

PARTIE II

REINTEGRATION 
- Démarche à suivre -

2.1. AU DEPART DU PAYS D’ACCUEIL (Cas de l’Allemagne)

Les six étapes préparatoires du retour

Le départ définitif de l’Allemagne pour le Cameroun se prépare dès son arrivée en Allemagne. Cette préparation passe par un certain nombre de formalités que nous pouvons regrouper en six étapes :


2.1.1. Equivalence des diplômes ou des qualifications
L’équivalence se fait auprès de la “Zentralstelle für ausléndisches Bildung-swesen”, dont voici l’adresse

LennestraBe 6 53113 Bonn ou Postfach
2240, 53012 Bonn
Téléphone: (49) 228 501-0
Fax : (49)228 501 229

Les diplômes ou les qualifications allemands sont à faire parvenir à l’adresse ci-dessus. Il est important de préciser dans une demande le souhait d’obtenir une équivalence en mentionnant son pays d’origine. Une attestation de votre diplôme ou de vos qualifications en français ou en anglais vous sera délivrée ayant une équivalence avec les diplômes ou qualifications de l’enseignement supérieur en France ou en Angleterre. Cette attestation est à photocopier et à faire certifier
auprès de l’Ambassade du Cameroun en Allemagne.

 


2.1.2. Rapprochement auprès de l’Ambassade du Cameroun

  • Prendre attache avec le chargé culturel de l’Ambassade.

  • Déposer une demande de certificat de déménagement accompagnée dune liste de tous ses effets pour exonération de certaines taxes au port ou à l’aéroport.

    Ambassade du Cameroun
    Rheinallée 76
    53.173 Bonn 2
    Téléphone : (49) 228 3560 38
    Fax.: (49) 228 3590 58

 

 

2.1.3. Déclaration de son départ
Elle se fait au poste de police de votre quartier et suppose que les résiliations nécessaires ont déjà été réalisées. Pour ceux qui disposent d’un permis de conduire allemand ils sont considérés comme titulaires du permis international.

La déclaration du départ se fait une à deux semaines avant la date de son départ pour le Cameroun. Vous aurez l’adresse du “bureau étranger” le plus proche en vous renseignant auprès de votre mairie.

 

 

2.1.4. Résiliation des contrats
Les résiliations des contrats de loyer, de téléphone, de l’assurance santé, des abonnements, parfois des banques sont à effectuer avant le départ.

  • La banque
    Un entretien avec son conseiller à la banque environ six mois avant le départ, est nécessaire. La résiliation se fait le plus souvent sans complication.

  • Les abonnements
    Fn métro. S-Bahn. bus, tramway, train, pour les journaux, les résiliations se font en général un an avant le départ pour le Cameroun. Une demande signée doit être déposée par soi-même à l’agence concernée ou adressée à l’agence par une lettre recommandée. Pour plus de sécurité, il importe de faire connaître à sa banque la date d’arrêt définitif de virement en ce qui concerne les abonnements.

  • L’assurance santé
    La résiliation de l’assurance santé se fait, en général un mois avant le départ pour le Cameroun, par une demande signée précisant l’éventuel départ au pays natal. ainsi que la date de départ. Elle se réalise le plus souvent très rapidement et peut aussi se faire à moins d’une semaine du départ.

  • Le Téléphone
    La résiliation se fait ici aussi par une demande signée et adressée au distributeur de communication concerne (Telekom, etc). Elle peut se réaliser une ou deux semaines avant le départ pour le Cameroun.

  • Le loyer
    Si vous habitez la cité universitaire, la demande de résiliation est à présenter auprès des responsables de cette cité.

    Pour ceux habitant hors du campus universitaire, il faudra adresser sa demande de résiliation au bailleurs ou auprès de l’entreprise qui a mis à votre disposition un appartement, de préférence, (6) six mois avant votre départ.

 

 

2.1.5. Pension retraite
Tout Camerounais ayant travaillé officiellement a été obligé de payer l’assurance pension. Cette assurance appelée “Rentenversicherung” est récupérable deux ans après l’arrêt définitif de travail en Allemagne. Avant son départ pour le Cameroun. il est préférable de contacter personnellement un conseiller de la caisse d’assurance sociale soit du Landesversicherungsanstalt, soit du Bundesversicherungsanstalt für Angestellte à l’adresse suivante :

Hauptverwaltung
Ruhrstrasse 2
10704 Berlin (Wilmersdorf)
Téléphone : (49) 30 865-1
Fax.: (49) 30 86527240

 


2.1.6. Transport retour et prestations des institutions d’assistance
Pour alléger les problèmes financiers qui s’accumulent au moment du retour définitif au Cameroun, il est nécessaire d’entrer en contact avec les organismes d’assistance au retour, tels que la ZAV. la WUS, le CIM, ou des organismes religieux. Les deux premiers organismes offrent par le biais du Programme de Réintégration PARIC en partenariat avec le FNE, une gamme de prestations. Ce contrat devra se faire beaucoup de temps avant son départ. (au moins 3 mois).

  • a) CIM
    Centrum fOr Internationale Migration und Entwickung (CIM) est un comité de coopération entre la GTZ, société allemande de coopération technique. et le bureau de placement de la main-d’œuvre ZAV. Il travaille dans le cadre de la ligne politique de développement du gouvernement fédéral allemand et gère deux programmes d’insertion professionnelle relatifs aux ressortissants des pays en voie de développement :

    - Le Programme d’Intégration des Experts nationaux par lequel les émigrés rentrant dans leur pays reçoivent un appui financier pour leur faciliter leur réintégration au pays natal.

    - APA-Programme ou Programme d’équipement de la main-d’œuvre qualifiée en coopération avec la World University Service.

  • b) WUS
    La World University Service (WUS) est une organisation non gouvernementale internationale. Présente dans plus de 50 pays dans le monde, elle est considérée comme une communauté d’étudiants, d’enseignants et d’employés et est impliquée dans le processus de coopération au développement en relation avec les pays en voie de développement. Son champ d’action se présente en deux volets

    - L’aide pour le retour au pays natal Conseils et documentation.

    - APA Programme- ou programme d’équipement.
    Programme conduit en partenariat avec la CIM et visant à munir les employés qualifiés, ressortissants d’un pays en voie de développement, d’outils de travail convenables pour une meilleure mise en application de leurs connaissances dans leur pays.

  • c) ZAV
    La Zentralstelle für Arbeitsvermittlung (ZAV) est le bureau de placement de la main d’œuvre allemand chargé de l’insertion professionnelle des chercheurs d’emploi. Son appui aux ressortissants des pays en voie de développement se concentre sur

    - Les conseils pour l’insertion professionnelle au pays natal

    - le financement du transport retour (transport personnel et effets), la demande doit leur être adressée bien avant la date de départ;

    - l’aide financière à la réintégration en terme de subvention salariale.

 

2.2. L’ARRIVEE ET LA REINTEGRATION AU CAMEROUN


Tout Camerounais de retour parmi les siens est généralement le bienvenu. Dès son arrivée à l’aéroport, il doit commencer à s ‘habituer à un nouveau contexte par rapport à celui laissé il y a sans doute quelques années. Il est donc indispensable de connaître un certain nombre de pratiques et de règles qui sont indiquées ci-après


2.2.1. Modalités portuaires et aéroportuaires
Tout immigrant, national ou étranger, est soumis à un contrôle de police et douanier lors de son entrée au Cameroun. A cet effet, les papiers à présenter pour le contrôle de police sont :

- Le passeport
- le carnet de vaccination.

Ensuite arrive la phase d’identification des bagages. L’on peut soit charger un bagagiste de la récupération des effets sur le tapis roulant ou s’en occuper soi-même.

«Ne pas oublier de bien conserver ses talons de bagages».

Après la récupération de ses effets, vient le passage au contrôle douanier.

Ce contrôle a un double but : d’abord de vérifier si les effets sont effectivement les
vôtres, ensuite prélever les droits de douane sur les marchandises ne pouvant être considérés comme effets personnels.

«Ne sont donc exempts des taxes douanières que les effets personnels usagés».


N.B. Dans le cas des appareils, la présentation d’une facture datant de plus de six mois est obligatoire pour leur considération en tant qu’effets personnels.

C est au niveau de ce contrôle qu’il faut présenter son certificat de déménagement délivré par les services d’une représentation diplomatique du Cameroun à l’étranger (Ambassade ou Consulat) et comportant la liste de tous ses effets personnels.


Restrictions :
- Un nombre élevé d’un même article ne permet plus de considérer celui-ci comme effet personnel

- La présentation d’un certificat de déménagement ne signifie pas automatiquement l’exemption des taxes douanières pour tous les effets. Certaines machines (ordinateurs et appareils divers) ainsi que les véhicules ne bénéficient que d’un abattement sur le taux des droits de douane à payer.


Les droits de douane varient d’un article à un autre, cependant ils sont en moyenne de l’ordre de 30% de la valeur (coût et frais). Des articles tels que les produits de beauté et l’alcool par exemple sont taxés jusqu’à 92,90% de droits de douane. Il vaudrait mieux à cause de cela les acheter dans les Duty Free des espaces aéroportuaires.

N.B. Les devises étrangères les plus acceptées sont le Franc Français (FF), le Dollar Americain ($) et le Mark Allemand (DM).

Le taux de change du franc Cfa est fixe par rapport au franc français mais très fluctuant par rapport aux autres monnaies; il serait judicieux de consulter certains journaux (Cameroon Tribune par exemple) ou de se renseigner auprès d’une banque.


Le fret
Vous avez aussi la possibilité d’envoyer vos bagages comme colis par fret maritime ou aérien; Dans ce cas, prenez soin de bien conserver la Lettre de Transport Aérien ou Maritime délivrée par la compagnie de transport ou par une société de transit. Contactez à votre arrivée un transitaire qui vous établira une déclaration en douane, modèle D3 (mise en consommation).

Les pièces à joindre sont les suivantes
- Certificat de déménagement,
- factures des objets.

Le dossier constitué est soumis à l’appréciation de l’inspecteur des Douanes qui entreprend alors la visite de la marchandise. A la suite de celle-ci, il vous délivre un bon à enlever (BAC), celui-ci est visé par le Commandant du Bureau de Douanes et les effets peuvent être retirés de la zone fret.
Dans le cas où vous présentez votre certificat de déménagement, vous êtes exonéré des taxes douanières et ne payez évidemment que la session documentaire (entre 7.000 et 20.000 FCFA). Quant aux frais du transitaire ils sont compris entre 20.000 et 25.000 Fcfa.

 


2.2.2. Transport urbain et inter-urbain
Si la famille ou les connaissances n’ont pas pu vous récupérer de l’aéroport par véhicule personnel, il y a deux autres possibilités pour pouvoir atteindre la ville:

a) Emprunter un Taxi de ville.
Pour le cas de l’aéroport international de Nsimalen à Yaoundé qui se situe à 22 km de la ville, le montant à payer pour un taxi de ville varie de 3000 à 5000 FCFA selon l’éloignement de votre destination par rapport au centre-ville. Par contre, l’aéroport international de Douala n’étant pas  trop éloigné de la ville, le coût du taxi y est moindre. (2000 à 2500 FCFA pour une course du jour ou de nuit).


b) Emprunter un véhicule d’hôtel
Pour ceux n’ayant pas de famille ou de connaissances dans la ville (aéroport), les hôtels et surtout les plus importants s’occupent désormais aussi du transfert de leurs clients, les récupèrent ou les déposent à l’aéroport. Rassurez-vous donc que votre hôtel offre un pareil service au moment de la réservation.

TABLEAU RECAPITULATIF DES TAUX DE TRANSPORT

TAXI DE VILLE TARIF
Ramassage 150 FCFA*
Course du jour 2000 FCFA/heure
Course de nuit 2500 - 3000 FCFA/heure
DOUALA-YAOUNDE PAR BUS 2500 - 3500 FCFA (durée 3h)
DOUALA-NKONGSAMBA PAR MINI-BUS 1500 - 2500 FCFA (durée 2h30)
DOUALA-BAFOUSSAM PAR BUS 3000 FCFA (durée 3h)
YAOUNDE-BAFOUSSAM PAR BUS 3000 FCFA (durée 3h)
YAOUNDE-KRIBI 3000 FCFA (durée 3h)

* peut aussi être négocié

 

TARIF HOTELIER

CATEGORIE
D’HOTEL
PRIX MOYEN DES CHAMBRES
* 6 500 FCFA (la nuitée)
** 12 000 FCFA (la nuitée)
*** 16 500 FCFA (la nuitée)
**** 25 000 FCFA (la nuitée)
***** 40 000 FCFA (la nuitée)

 

Un conseil
Le Cameroun s’est aujourd’hui lancé avec détermination dans la voie de la lutte contre la corruption. Ainsi, sous aucun prétexte, ne donnez de l’argent à personne qui veuille vous proposer des chemins “hors-la-loi”, ni ne payez aucun service qui devrait normalement vous être rendu gratuitement. Le Cameroun est un pays de droits, conformez-vous aux lois et vous serez tranquille.

L’attitude générale à adopter lors d’une demande de service, est d’être patient, calme et de s ‘adresser gentiment et poliment à son interlocuteur.

 


2.2.3. Préalables à la réinsertion professionnelle
La recherche de l’emploi passe par l’établissement des équivalences des diplômes obtenus à l’étranger. Celle-ci se fait au Ministère de l’Enseignement Supérieur (Direction de l’Enseignement Supérieur). Cette Direction est chargée de:

  • l’étude de la comparaison des systèmes universitaires.

  • des questions relatives aux niveaux de formation des systèmes universitaires et à l’équivalence des diplômes,

  • la mise à jour systématique du fichier des diplômes reconnus.

  • la certification des diplômes de l’enseignement.

L’émigrant de retour au pays natal et en quête de reconnaissance de son parchemin se doit donc de constituer un dossier à déposer au service du MINESUP sis au 2, Boulevard du 20 Mai à Yaoundé au Cameroun. Le dossier est constitué de la manière suivante.

  • une demande timbrée adressée au Ministre de l’Enseignement Supérieur (objet équivalence des diplômes / attestation de niveau).

  • une copie certifiée de diplômes,

  • un relevé de notes de la dernière année de formation,

  • programme détaillé de son cursus dans le pays d’accueil. (Condition d’entrée dans l’école ou à l’université dans le pays d’accueil).

  • copie certifiée de l’acte de naissance,

  • photocopie du diplôme antérieur (bac, probatoire ou tout autre diplôme équivalent). curriculum studiorum. matricule d~étudiant, adresses des écoles fréquentées.

Lorsque toutes les conditions sont réunies. la CNE (la commission nationale des équivalences) émet donc son avis sur l’équivalence en question.

 


2.2.4. Réinsertion professionnelle
La recherche de l’emploi exige aujourd’hui non seulement un engagement personnel, mais aussi la connaissance des possibilités auxquelles le chercheur d’emploi peut faire recours. Au Cameroun, le chercheur d’emploi peut aujourd’hui s’appuyer sur plusieurs organismes publics ou privés d’appui à l’insertion ou à la réinsertion professionnelle. Cependant, la politique gouvernementale mise en oeuvre en matière d’emploi a pour instrument privilégié le Fonds National de l’Emploi que nous présentons ci-après.



MISSIONS DU FNE

Crée en avril 1990, le Fonds National de l’Emploi est un organisme à caractère social. Sa principale mission qui est la promotion de l’emploi s’articule autour de cinq axes

  • L’accueil et l’orientation des chercheurs d’emploi

  • la collecte, le traitement et la diffusion des informations sur le marché du travail;

  • Le rapprochement des offres et des demandes d’emploi

  • La formation professionnelle des chercheurs d’emploi

  • L’appui à la création des auto-emplois et des micro-entreprises.

En plus du siège qui se trouve à Yaoundé, le FNE est représenté à travers le pays par 3 agences localisées à Douala, Bertoua et Maroua ; deux autres agences sont en création à Ebolowa et à Limbé.
L’ambition est d’avoir une représentation au moins dans chaque province afin de mieux gérer le marché national de l’emploi.


* LE FNE ET LES CHERCHEURS D’EMPLOI

Le FNE accompagne les chercheurs d’emploi dans leur itinéraire d’insertion à travers une gamme de services variés


1) L’accueil - orientation
Tout chercheur d’emploi bénéficie d’un service personnalisé allant de l’accueil à l’insertion en passant par l’orientation. Nos Conseillers-emploi travaillent avec le chercheur d’emploi pour mettre en exergue le bilan de ses compétences et l’aider à élaborer son projet professionnel pour faciliter sa recherche d’emploi. Il peut par ailleurs bénéficier de Session d’Orientation Approfondies (SOA) et des Appuis Spécifiques Personnalisés (ASP).


2) L’insertion - Réinsertion en Emploi-salarié
De nombreuses mesures sont à la disposition des chercheurs d’emploi.
Ces mesures concernent les TRE (Techniques de Recherche d’Emploi), l’information, la mise en relation, etc.

  • - Séminaires T.R.E (Technique de Recherche de l’Emploi) Chaque chercheur d’emploi peut bénéficier d’un séminaire gratuit sur les Techniques de Recherches d’Emploi (TRE.) qui lui permettra d’améliorer sa dynamique de recherche.

  • - L’information
    Le chercheur d’emploi a un accès libre dans les salles d’informations du FNE. Il y trouvera des journaux, des publications, des brochures, des études sur l’emploi, etc.

  • - Mise en relation
    En réponse aux offres quotidiennes d’emploi en provenance des entreprises, le FNE propose les candidatures des chercheurs d’emploi répertoriés dans sa base de données.

3) L’appui à l’auto-emploi et à la micro-entreprise
Le chercheur d’emploi, attiré par une activité autonome. doué des réelles aptitudes d’entrepreneur et possédant un bon projet peut bénéficier d’une assistance du FNE. Deux formules s’offrent à lui

L’auto-emploi: Vous créez votre propre emploi dans une petite activité rémunératrice, avec un apport personnel de 20%. le FNE finance ce type de projet dont le coût total maximum est de 5 millions de FCFA.

La micro-entreprise : Vous avez une idée permettant de créer plusieurs emplois pour un coût maximum de 10 millions ; avec un apport personnel de 20%. Le promoteur bénéficie des études, de la formation, du financement, du conseil et d’un suivi.


4) Les formations professionnelles
Tout chercheur d’emploi peut bénéficier d’une formation complémentaire de courte durée elle peut être formelle ou sur le tas. cette formation qualifiante, ciblée sur un métier recherché par les employeurs a pour but de faciliter son insertion dans le marché de l’emploi.

5) PARIC, tremplin de l’immigré
(Programme Spécial pour l’Immigré Camerounais)

  • Objectifs
    Créé dans le but de faciliter la réinsertion socio-professionnelle des camerounais formés à l’étranger, le Programme d’Appui au Retour des Immigrés Camerounais (PARIC) est un programme spécial de coordination de mesures d’appui à la réinsertion professionnelle entre d’une part le Fonds National de l’Emploi et de l’autre deux partenaires allemands, la WUS et la ZAV. signataires des accords de coopération en octobre 1998.

    Il a pour mission :
    - Promouvoir la réinsertion socio-professionnelle des immigrés camerounais au Cameroun
    - ravitailler les entreprises en personnel hautement qualifié,
    - informer le promoteur et le chercheur d’emploi de l’étranger,
    - Canaliser le financement des projets.

  • Fonctionnement
    Le principe de base du fonctionnement du PARIC est le volontariat. Ne prend part au programme d’assistance au retour et à la réintégration que le Camerounais désireux de revenir servir son pays, aucune contrainte physique, morale ou de loi n est imposée au candidat PARIC, l’obligeant à quitter son pays d’accueil.

  • Le candidat désireux de rentrer au Cameroun et intéressé au PARIC prend contact avec les institutions partenaires WUS et ZAV. Il peut avoir l’opportunité ici de prendre part à un séminaire sur la réintégration au Cameroun organisé par la WUS, lui présentant les possibilités de réinsertion socio-professionnelle s’offrant au Cameroun.

    Le bureau de liaison PARIC du Fonds National de l’Emploi se charge de collecter des offres d’emploi auprès des entreprises. Ces offres d’emploi sont envoyées aux institutions partenaires par voie de télécopie et ceux-ci les publient sur Internet ou par affichage. Le candidat intéressé postule à ces offres en envoyant son dossier de candidature à la ZAV, pour transmission au bureau de liaison PARIC du FNE qui le présente à l’employeur. Dans la cas de l’intérêt de l’employeur, un billet d’avion est mis à la disposition du candidat pour qu’il se présente physiquement à l’employeur dans les meilleurs délais (généralement à partir de 3 semaines).

    Si le candidat disposait déjà d’une expérience professionnelle d’au moins deux ans, une subvention mensuelle de réintégration peut lui être accordée pour une durée d’un an (voir prestations ZAV). Le problème d’un équipement adéquat pour le travail à effectuer se posant parfois, tout candidat a la possibilité de postuler pour l’équipement de son poste de travail en vue d’un meilleur rendement (voir prestations WUS).
    Le Bureau de liaison PARIC du FNE offre les prestations suivantes :
    - Accueil - Information - Conseils
    - Orientation - Insertion - Suivi

6) Conditions d’enregistrement au FNE
La Constitution du dossier pour l’enregistrement des chercheurs d’emploi au F.N.E comporte les 4 éléments suivants:

  1. le curriculum vitœ (de préférence personnalisé, pas standard)

  2. la copie du Diplôme le plus élevé

  3. la copie de la carte nationale d’identité

  4. Deux photos d’identité 4 x 4 récentes et éventuellement des certificats de travail

N.B. Etant conscient que les chercheurs d’emploi sont des démunis et que le FNE est une structure à caractère social aucun frais n ‘est demandé aux chercheurs d’emploi.

 

2.2.5. Le marché de l’emploi
La reprise de la croissance économique enclenché par la dévaluation du Franc Cfa en 1994 a permis une amélioration des activités dans le secteur moderne. Cette reprise des activités s’est traduite par une reprise timide, mais positive de l’emploi à partir de 1994. La croissance des effectifs des salariés du secteur moderne a été régulière depuis 1994 avec un taux de croissance moyen annuel de 2,7% correspondant à une création nette de 33. 000 emplois entre 1994 et 1997 dans ce secteur. Cette évolution positive de l’emploi ne s’est pas observée dans tous les secteurs d’activités. Si l’industrie manufacturière connaît, avec l’intensification de l’activité économique dans le secteur privé, une évolution régulièrement positive depuis 1993-1994 (2,55%), la reprise ne s’est observée que bien plus tard dans d’autres secteurs notamment le B.T.P, et l’agriculture d’exploitation. Ce n’est qu’à partir de 1996 1997, que la reprise de la croissance économique s’est traduite dans ces deux secteurs par une création nette d’emploi.

S’agissant du secteur public, l’emploi connaît une baisse avec l’application du plan de réorganisation des effectifs de la fonction publique.

Ce plan a conduit à la mise en retraite anticipée ou le départ volontaire de près de 20.000 fonctionnaires et agents de l’Etat. Les effectifs des cadres contractuels et des agents décisionnaires connaissent une baisse de 10,8% et 16, 4% respectivement entre 1996 /1997 et 1994/1995, tandis que ceux des fonctionnaires sont restés relativement stables depuis 1994. Cette stabilité est la résultante du gel des recrutements. En 1995, on estime à près de 600.000 le nombre des salariés du secteur moderne, soit environ 9% de la population active. La fonction publique ne représente que 27% de ces derniers, soit un effectif d’environ 165.000. Les emplois non salariés sont en général ceux occupés par les travailleurs indépendants exerçant pour la plupart dans le secteur informel. Ce secteur connaît un essor dans les centres urbains camerounais et concoure à la résorption partielle du chômage. En 1996/1997, on estime à près de 3.700.000 emplois dans ce secteur.

Par ailleurs, le paysage des entreprises camerounaises reste entièrement dominé par les micro-entreprises (employant moins de 6 personnes). Cette catégorie d’entreprise représente plus de 83% des entreprises identifiées dans le cadre de l’enquête sur les ménages 96 et de plus de 90% des entreprises immatriculées à la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale (CNPS).

Le secteur des PME occupe également une place de choix dans cet échiquier. Les statistiques du fichier employeur de la CNPS dénombrent un peu plus de 54000 PME contre 773 grandes entreprises. La répartition des entreprises selon la localisation géographique fait apparaître une forte concentration de ces derniers dans la province du centre et du littoral.

Les statistique du fichier des employeurs de la CNPS révèlent que 40,7% des entreprises sont localisées dans la province du littoral et 33% dans la province du centre). Selon ces mêmes statistiques, le littoral reste certainement, à cause de sa position stratégique (accès à la mer), le lieu privilégié d’implantation des grandes entreprises alors que le centre est caractérisé par une forte concentration des micro-entrepnses.

La répartition des entreprises camerounaises par secteur d’activité montre une forte tertiairisation des activités des entreprises, et ceci quelque soit le type d’entreprise. Sur 63378 employeurs immatriculés à la CNPS, 85.37% révèlent du secteur tertiaire contre 11.24% seulement du secteur industriel. On note indépendamment des sources. une très faible représentativité des entreprises agricoles. Ces dernières représentent en général moins de 5% des entreprises.

Les secteurs qui recrutent le p1us sont :

  • Le commerce,

  • l’agro-industrie,

  • 1’hôtellerie restauration,

  • 1’enseignement,.

  • 1’informatique,

  • le bois,

  • les télécommunications.

  • l’audio-visuel,

  • l’environnement,

  • et tout ce qui a trait à la maintenance et à la réparation.

 

 

2.2.6. Réglementation du travail
Les conditions de travail sont réglementées par le code du travail Loi n092!007 du 14 Août 1992 et certains de ses décrets d’application ci-dessous ::

  • Le décret n0 93/570/PM du 15 Juillet 1993 fixant les modalités de déplacement des travailleurs.

  • Le décret n0 93/571/PM DU 15 Juillet 1993 fixant les conditions d’emploi des travailleurs de nationalité étrangère pour certaines professions ou certains niveaux de qualification professionnelle.

  • Décret n° 93/572/PM du 15 Juillet 1993 relatif aux entreprises de travail temporaire.

  • Décret n° 93/573/PM du 15 Juillet1993 fixant modalités de prise en charge des frais de voyage et de transport du travailleur déplacé.

  • Décret n0 93/575/PM du 15 Juillet1993 fixant les modalités d’établissement et de visa de certains contrats de travail.

  • Décret n0 93/577/PM du 15 Juillet1993 fixant les conditions d’emploi des travailleurs temporaires. occasionnels ou saisonniers.

  • Décret n0 93/099/PM du 17 Février 1995 fixant le SMI

  • Les contrats individuels de travail.

  • Le règlement intérieur de l’entreprise.

Le code de travail, dans son principe et dans l’objectif d’un redressement économique de notre pays réduit au maximum les contraintes légales afin de laisser jouer les lois du marché, ainsi les rapports entre employeurs et employés se fondent essentiellement sur des critères de productivité et de rendement.

LE CONTRAT DE TRAVAIL
Il en existe trois :
- Le contrat de travail individuel
Il est une convention par laquelle un travailleur s’engage à mettre son activité professionnelle sous l’autorité et la direction d’un employeur, en contrepartie d’une rémunération. Les contrats de travail sont passés librement, ils peuvent être conclus pour une durée déterminée ou indéterminée. Il peut être suspendu ou résilié conformément à la section trois (3) du premier chapitre du code du travail.

- Le contrat d’apprentissage
Il est un accord en vue de donner ou de faire donner une formation professionnelle méthodique et complète à une personne, celle-ci s’obligeant en retour à se conformer aux instructions qu’elle recevra et à exécuter les ouvrages qui lui seront confiés en vue de son apprentissage. Ce contrat doit être constaté par écrit.

- Le tâcheronnat.
Le tâcheron est un sous-entrepreneur qui recrute lui-même la main d’œuvre nécessaire, passe avec un entrepreneur un contrat écrit pour l’exécution d’un certain travail ou la fourniture de certains services moyennant un prix forfaitaire.


LA DUREE DU TRAVAIL
Pour les entreprises des secteurs secondaires et tertiaires 40 heures par semaine.

Pour les exploitations agricoles et assimilées 2400 heures/an (48 heures par semaine maximum). Le repos hebdomadaire est obligatoire, il est au minimum de 24 heures consécutives par semaine.


LES SALAIRES
Les salaires sont classés par catégorie et par échelons, le nouveau code du travail ayant aboli les zones de salaires.


Classification professionnelle nationale type

Catégorie Responsabilités Niveau Salaire moyen mensuel indicatif en Fcfa
1 Ouvrier Sans diplôme
2 Ouvrier Sans diplôme
3 Employé CEPE
4 Employé CEPE + 60.000
5 Employé BEPC 80.000
6 Employé expérimenté BEPC + 95.000
7 Agent de maîtrise Probatoire 120.000
8 Agent de maîtrise moyen BAC 150.000
9 Agent de maîtrise supérieur BAC + 2 200.000
10 Cadre débutant BAC + 3 min 300.000
11 Cadre expérimenté BAC + 3 min 500.000
12 Cadre supérieur ou de commandement BAC + 3 min. 700.000

NB L’ancienneté peut conduire à la 10’, question de diplôme. 11’ ou 12’ catégorie sans qu’il soit pour autant question de diplôme

 

 

2.2.7. Formalités de création d'entreprise
La création d’entreprise au-delà de la mise en oeuvre du projet, passe par des multiples formalités administratives, juridiques, fiscales et sociales. Ces formalités varient selon que votre entreprise est individuelle ou sociétaire. Le tableau récapitulatif suivant présente sommairement les modalités de création d’une entreprise. Cependant pour plus d’amples informations, prendre attache avec la chambre du Commerce d’Industrie et des Mines du Cameroun. Ou consulter les services du Ministère du développement industriel et commercial (MINDIC) à défaut de s’adresser directement à un notaire.

 

ENTREPRISES INDIVIDUELLES

Services à parcourir Type de document à obtenir Document à présenter et frais à payer

Service de greffe du tribunal de 1ère instance de la localité d’implantation

N° de registre de commerce (N0 RC) - Photocopie CNI
- Une demande timbrée      500
- Redevance de greffe      5 000
- Droit d’enregistrement  20 000
- Cinq timbres fiscaux       2 500
Total = 28 000
- Retrait 5 jours après le dépôt
CDI

( Centre Divisionnaire des Impôts )

Enregistrement du contrat de bail

S’acquitter des 10% du loyer annuel pour les frais
- En location verbale:
Fiches à remplir en 5 exemplaires
dont 3 seront timbrées
- En Contrat Bail
Fiches à remplir en 5 exemplaires
dont 3 seront timbrées

Carnet de DIPE - Une demande de timbre 500
- La liste du personnel
- Le certificat d’identification
N° de contribuable - Certificat d’identification
- Photocopie CNI
- Frais de 1.500F
- Remplir une fiche
- Certificat d’identification
- Patente (RSI ou RR)
- N° du contribuable TCA (RSL ou RR)
- Le montant de la patente est fixé par l’inspecteur d’impôt sur la base objective du patrimoine de votre entreprise.
CNPS N° d’immatriculation de l’employeur et des employés Certificat d’identification (SCLFE)
- Demande d’immatriculation d’employé retirée à la CNPS fiche d’embauche de chaque employé retirée à la CNPS sa localité et soigneusement remplie.
Inspection du travail Déclaration dupersonnel employé

 

ENTREPRISES SOCIETAIRE

Services à parcourir Type de document à obtenir Document à présenter et frais à payer
Cabinet de notaire - Enregistrement et publication des statuts
- N° RC
- Enregistrement du capital
- Paiement des frais du notaire
- Versement de la totalité du capital (SARL) 2% du capital comme frais d'enregistrement
- Versement d'une partie du capital (SA) plus2% du capital comme frais d'enregistrement
- Paiement des frais d'enregistrement
CDI

( Centre Divisionnaire des Impôts )

Droit de bail paiement de 10% du loyer annuel
carnet de DIPE Idem que les entreprises individuelles
- Patente
- N° de contribuable TCA
- N° d'immatriculation IS
- Déterminer par l'inspecteur des impôts
- Certifiacat d'identification
CNPS Idem que les entreprises individuelles Idem que les entreprises individuelles
Ministère concerné par votre activité Agrément Chaque ministère a ses procédures
Inspection du travail Déclaration du personnel employé
MINDIC carte professionnelle du commerçant
Chambre de commerce Inscription au fichier consulaire

 

 

 

 

ANNEXE

 

INSTITUTIONS NATIONALES DE PLACEMENT DE LA MAIN-DOEUVRE

FNE  Direction Générale
Siège social : Quartier Fouda
BP : 10079 Yaoundé
Tél. (237) 22 51 81
Fax : (237) 23 53 39
www.gcnet.cm/fne/
This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
A.D.R.H. CONSEIL
(Afrique Développement Ressources Humaines, Conseil)
BP : 129 Douala
Fax : (237) 43 03 94
This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
ADEA
BP : 4012 Yaoundé
Tél / Fax : (237) 23 28 81
Solution R.H.
BP : 271 Douala
Fax : (237) 42 88 31
American High Tech Services
PO Box 3692 Yaoundé
Tél : (237) 31 04 34

INTERIMA
BP : 1641 Yaoundé
Tél : (237) 30 02 13
Fax : (237) 30 62 97

Europe Afrique Interim Sarl
Yaoundé
Tél : (237) 30 86 37

 

 

 

INSTITUTIONS ALLEMANDES DE PLACEMENT DE LA MAIN-OEUVRE

CENTRE FÜR INTERNATIONALE MIGRATION UND ENTWICKLUNG
Barckhausstrasse 16
D -60325 Frankfurt / Main
Tél : +49 69 / 7991 21 19
DEG - Deutsch Investitions-und entwicklungsgesellschaft mbh
Postfach 45 03 40
D - 50878
Tél +49 221 / 4986-476
This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
ZENTRALSTELLE FÜR ARBEITSVERMITTLUNG BARCKHAUSSTRASSE 12-14
D-60325 Frankfurt am Main
Tél + 49069 / 7111-0
Fax : 069 / 7111-540
www.zav-reintegration.de
DIENSTE IN ÜBERSEE
Arbeitsgemeinschft evangelischer Kirchen In Deutschland e. V.

Postfah 10 03 40
70747 Leinfelden-Echterdingen
Tél : (0711) 79 8960
Fax : (0711) 79 89-123
This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Büro :
Nikolaus-Otto-StraBe 13,
70771 Leinfelden-Echterdingen
WUS - World University Service Deutsches Komitee e.V
Goebenstrasse 35
D 65195 Wiesbaden
Tél : +49 611 / 944 60 51
Fax : +49 611 / 44 64 89
www.tu-darmstadt.de/wusgermany
This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

 

 

 

Liste de quelques institutions et entreprises Allemandes au Cameroun

AMBASSADE DE LA REPUBLIQUE FEDERALE D'ALLEMAGNE
BP : 1160 Yaoundé
Tél. (237) 21 00 56
20 05 66
Fax : (237) 20 73 13
CONSULTAT DE LA REPUBLIQUE FEDERALE D'ALLEMAGNE Douala
Tél : (237) 42 86 00
42 62 76
GESELLSCHAFT FÜR TECHNISCHE ZUSAMMENARBEIT (GTZ)
BP : 7814 Yaoundé
Tél : (237) 21 23 87
INSTITUT GOETHE
BP : 107 Yaoundé
Tél : (237) 22 35 77
Fax : (237) 23 38 77

TRAPP
BP : 5803 Yaoundé
Tél : (237) 20 38 26
Fax : (237) 20 00 94

DED (DEUTQCHER ENTWICKLUNGSDIENST)
BP 44 Yaoundé
Tél : (237) 21 30 40
Fax : (237) 21 48 14

SIEMENS
BP 1398 Yaoundé
Tél : (237) 30 49 22
Fax : (237) 30 32 94
WEINER & TRACHTE
BP : 6258 Yaoundé
Tél / Fax (237) 22 31 42
SOS KINDERDORF
BP 12196 Yaoundé
Tél : (237) 22 23 29
Fax : (237) 22 23 30
STRAUSS
BP 20206 Yaoundé
Tél : (237) 22 12 18
TAG AUTOMOBILE
BP : 6378 Yaoundé
Tél / Fax (237) 22 95 75
SCHLUMBERGER
BP 5399 D
T : (237) 43 00 56 / 43 09 32
43 10 54 / 43 03 28
SCHNEIDER
166, rue de l'Hôtel de ville
BP 12087 Douala
Tél :  (237) 43 38 84
42 69 30
Fax : (237) 43 11 94
This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

 

Groupement d’affaires au Cameroun

GICAM
(Groupement interprofessionnel du Cameroun)

BP : 289 Douala
Tél : (237) 423141
Fax : (237) 426499
SYNDUSTRICAM
(Syndicat des industriels du Cameroun)

BP:    673 Douala
Tél (237) 42 56 16


Chambres consulaires

CHAMBRE DE COMMERCE DESMINES ET DE L’INDUSTRIE
BP:36 Yaoundé
Téléphone (237) 22 0155
Fax:    (237)228771
CHAMBRE D’AGRICULTURE
BP:    287 Yaoundé
Téléphone (237) 22 04 63

 

 


LISTE DE QUELQUES BANQUES ET ORGANISMES DE FINANCEMENT

AMITY BANK
BP:2705 Douala
Tél (237) 43 20 55
Fax : (237) 4320 46
STANDARD CHARTERED BANK
BP : 3487 Yaoundé
Tél (237) 22 68 28
Fax : (237) 22 26 46
CBC BANK
BP :  4004 Douala
Tél (237) 42 02 02
Fax : (237) 43 38 00
CCEI BANK
BP:3487 Douala
Tél (237) 42 14 99
Fax : (237) 42 79 02

CITY BANK
BP:    4571 Douala
Téléphone (237) 42 42 72
Fax:    (237) 42 40 74

SGBC
BP:    4042 Douala
Tél (237) 42 70 04
Fax:    (237) 42 87 72

SCB CREDITLYONNAIS
BP:    700 Yaoundé
Téléphone (237) 20 29 48
Fax:    (237) 43 20 46

BICEC
BP:    1925 Douala
Téléphone (237) 42 29 65
Fax:(237)424l 16

CREDIT FONCIER DU CAMEROUN
BP:1531 Yaoundé
Téléphone (237) 2352 14
Fax : (237) 23 52 21

FIMACS/C SODECAO Yaoundé
Téléphone (237) 30 17 12

FONDS NATIONAL DEL’EMPLOI
BP:    lOO79Yaoundé
Téléphone (237) 22 51 81
Fax:    (237)235339

HIGHLANDCORPORATION BANK
BP:51l3 Yaoundé
Téléphone (237) 23 92 87
Fax : (237) 23 92 91

PRO-PME
BP:    2373 Douala
Tél (237) 42 31 03
Fax : (237)4231 09

CAISSE NATIONALE DE REASSURANCE
BP:    4180 Yaoundé
Téléphone (237) 22 41 56

FOGAPE
BP:    1591 Yaoundé
Tél (237) 22 42 89
Fax : (237) 2232 74

 

 

 

LISTE DE QUELQUES ENTREPRISES IMPORTANTES AU CAMEROUN

SNH
BP : 955 Yaoundé
Téléphone (237) 20 98 60
Fax:    (237) 20 98 69  
SONARA
BP:365 Douala
Téléphone (237) 43 03 22
CICAM
BP:    7012 Douala
Téléphone (237) 40 62 15
LES BRASSERIES DU CAMEROUN
BP:    4036 Douala
Téléphone (237) 42 9133
Fax:    (237) 42 79 35
CAMRAIL
Douala
Téléphone (237) 42 26 07
GUINNESS CAMEROON
BP:    l2l3 Douala
Téléphone (237) 40 15 50
Fax : (237)407182
CAMTEL
BP:    2373 Douala
Téléphone (237) 42 31 03
Fax:    (237)423109
SNH
BP:    423 Yaoundé
Téléphone (237) 22 44 22
Fax:    (237) 231332
SNEC
BP:    l57 Douala
Téléphone (237)4274 71
Fax : (237) 42 29 45
SONEL
BP: 4077 Douala
Téléphone (237) 42 84 57
SITABAC
BP:    llO5 Douala
Téléphone (237) 42 49 06
Fax:    (237) 42 59 49
ALUCAM
BP:54 Edéa
Téléphone (237) 46 47 48
CIMENCAM
Douala
Téléphone (237) 39 16 15
Fax : (237) 39 13 77
SOCIETE CAMEROUNAISE DEMOBILES
BP: l684 Douala
Téléphone (237) 42 75 37
Fax:    (237) 42 74 30
CDCBOTA - LIMBE
BP:    5528Douala
Téléphone (237) 42 49 71
Fax:    (237) 42 49 71
COTCO
BP : 3738 Douala
Téléphone (237) 43 35 00
42 95 96
Fax : (237) 43 35 82
SOCARTO
BP : 5028 Douala
Téléphone (237) 42 85 52
Fax:    (237) 42 85 52
B.A.T
(British Amerlcan Tobecco)

BP:    94 Yaoundé
Téléphone (237) 21 08 75
Fax: (237) 20 91 89
SIAC Distribution SNC
BP : 12443 Douala
Téléphone (237) 39 50 00
Fax : (237) 39 5001



 

 

LISTE DES ENTREPRISES CREEES OU DIRIGEES PAR LES ANCIENS D’ALLEMAGNE

PHARMACIE LA BALANCE
BP:    258 Yaoundé
Téléphone : (237) 23 70 74
Dr ZANGNA Marie-Claudine
CENTRE MEDICAL CHARITE
BP:    2997 Yaoundé
Téléphone : (237) 91 2742
Dr MENE MIAFFO Caroline
PEC - POLY - SERVICE- ENGINEERING CO
2ème étage immeuble shell Yaoundé
Téléphone : (237) 22 65 69
ENEX
Bureau d’Etudes en Energie,
environnement etgestion des projets techniques
BP:    7441 Yaoundé
Téléphone : (237) 31 96 64 / 92 02 88
5ème étage immeuble Shell
Dr-Ing Joseph TSOGO
(ECO)
ENGINEERINGCONSULTING OFFICE
Bureau d’Etudes en bâtiment et travaux publics Face pharmacie de l’unité
Dr NGOLLÉ MOUSOLE
ETOUDI’S SEMMELWEIS CLINIC
BP:    2703 Messa Yaoundé
Téléphone : (237)20 18 56
Dr André EDOU
COLLEGE ATANGANA ESSOMBA
Yaoundé
Téléphone : (237) 30 38 32
NGONO ATANGANA Jacques
Enseignement Général Secondaire
EDJO’O INGENIERIE SARL
B.P:    I67Yaoundé
Téléphone. : (237) 23 06 86
EDJO’O Paul Aimé
NOUVELLES INNOVATIONS EN COMMUNICATION
Téléphone : (237) 31 89 09 / 31 09 61
HOTOU NICANOR
«LE BUFFET»
Fast Food - Restaurant
Après rond point Nlongkak
Pascal AMOUGUI
CABINET DENTAIRE DE L’OMNISPORT
Téléphone : (237) 21 0l 42 / 21 92 21
Dr Edmée ESSOH
ATELIER DAFRIG
Mécanique Générale
Téléphone : (237) 31 94 80
ALO’O MINKOE Etienne Christian
WONDERWORLD LEO TOURISTIK Téléphone : (237) 30 67 79 / 93 17 82
Vente de circuits touristiques et consultance Ancien aéroport Yaoundé
ASSOCIATION DES ANCIENSD’ALLEMAGNE (AAA)
S/C PARIC - FNE
BP :  l0079 Yaoundé
Téléphone : (237) 22 51 80
Fax:    (237) 23 41 34


Rédaction F.N.E
Avec la participation des membres de l'association des anciens d’Allemagne <A.A.A>

- Léopold Jérémie NGOMEZO’O Il
- Philippe ETOUNDI
- Dr. Odette SAMBA
- Joseph M. NJOCK
-  Evelyne MAGULB à BISCENE
-  Serges NGA NDJANA
-  Nicanor HOTOU
-  Charles MEKOM N.

 

National Employment Fund : an employment tool at the service of everyone
Our services are FREE OF CHARGE

Phone +(237) 222 22 51 81  -   P O box : 10079 Yaounde - Cameroon    -  contact@fnecm.org